La médiation est utilisée dans le cadre de la préparation de la fusion d’entreprises, de rapprochement d’équipes en anticipation ou en aval dans le cadre de difficultés avérées. La médiation s’adresse aux équipes dirigeantes, aux managers et aux équipes.

VOS ENJEUX

Les entreprises sont confrontées de façon inévitable aux risques de tensions et conflits en raison des divergences d’intérêt, des oppositions de contraintes, des dysfonctionnements techniques et relationnels inhérents aux processus de production et de commerce.

Cependant, dans les affaires internationales, ces risques sont sensiblement accrus par un facteur
supplémentaire : la dimension interculturelle. Celle-ci induit en permanence des interférences entre des représentations du monde, des croyances et des valeurs différentes. Ces convictions structurantes, souvent inconscientes, conditionnent la perception des situations, les modalités de traitement des problèmes, les schémas relationnels. S’y ajoutent des différences parfois profondes dans les méthodes, les processus de travail, les rôles
sociaux….

Ces différences peuvent déboucher sur des malentendus, des réactions mal venues, de mauvaises décisions, des différends ou des conflits. Devant la difficulté à remettre en cause des certitudes aussi ancrées, les individus et les groupes ont tendance à se bloquer sur leurs positions et à dériver vers l’affrontement.

Diverses situations peuvent nécessiter la mise en place d’une médiation interculturelle. La situation peut être déjà installée : il s’agit alors de résoudre les difficultés. Elle peut être aussi anticipée : il s’agit alors de prévenir les problèmes éventuels.

Par exemple :

  • Une société de service française fusionne avec une société britannique. Les relations se dégradent et amènent à un quasi-blocage entre les équipes des deux pays.
  • Une équipe française et une équipe indienne doivent partager leurs process au service d’un objectif commun. La coopération se révèle difficile et risque de compromettre la réalisation de l’objectif.
  • Une société française d’ingénierie déploie un nouveau process dans sa filiale située aux Etats-Unis. La direction anticipe des difficultés d’ordre interculturel et décide d’intégrer la médiation à sa stratégie de déploiement.
  • Une société de cosmétiques française commercialise une nouvelle ligne de produits en Chine. Son équipe chinoise adhère mal à la démarche. Le facteur culturel semble en cause. La société souhaite résoudre ces difficultés rapidement, pour ne pas mettre en péril sa campagne.
  • Un équipementier automobile sous-traite une production en Thaïlande. A la suite d’incidents répétés, la relation est devenue conflictuelle. L’entreprise décide de recourir à la médiation.    

Dans ce type de situations, la médiation interculturelle s’adapte à des contextes très différents et permet, à travers une démarche rigoureuse et des règles du jeu strictes :

  • De faire échanger et dialoguer les parties afin de faciliter la compréhension mutuelle
  • De construire des bases de travail communes, qui prennent en compte la culture de l’autre
  • De dépasser la situation immédiate e prendre conscience de ses différentes dimensions et enjeux
  • D’inventer en commun des solutions acceptables par les parties, bénéfiques pour l’intérêt collectif et souvent plus économiques qu’un affrontement.

NOTRE APPROCHE DE LA MEDIATION INTERCULTURELLE

  • La médiation est un processus d’accompagnement structuré qui utilise des méthodes issues des sciences sociales, de la psychologie cognitive et des savoirs du champ interculture
  • Elle met en place les conditions d’une communication plus apaisée, d’une écoute réciproque et d’une ouverture à l’autre entre personnes de cultures différentes
  • Elle met en évidence les éléments de différenciation culturelle qui déterminent les attitudes et comportements
  • Elle amène les parties à prendre en compte la culture, le regard et les attentes de l’autre, sans renoncer aux leurs
  • Sur la base d’un état des lieux partagé, le médiateur facilite la recherche de solutions communes créatives par les parties elles-mêmes
  • Le médiateur aide les parties à finaliser elles-mêmes un accord, à en anticiper les conséquences et à mettre en place, lorsque la situation le permet, les conditions d’une relation pérenne.

QU’EST-CE QU’UN MEDIATEUR  ?

C’est un intervenant formé au processus et aux techniques transversales de la médiation. Son rôle est de pacifier et réguler les échanges entre les parties et de faciliter leur travail d’élaboration à travers la conduite d’entretiens et l’animation de réunions.

Il peut être amené à transmettre des savoirs et des méthodes pour faciliter le travail des parties et enrichir leurs hypothèses de solution. Il intervient dans un cadre déontologique strict.

DEONTOLOGIE DU MEDIATEUR

  •  Le médiateur a une obligation de moyens non de résultats
  • Il doit exercer en toute indépendance vis-à-vis des influences extérieures
  • Il doit se comporter de manière impartiale à l’égard des parties au conflit
  • Il doit faire preuve de neutralité vis-à-vis de la solution trouvée par les protagonistes
  • Il doit s’engager sur la confidentialité des échanges et demander aux parties de s’y engager
  • Il doit s’assurer du libre consentement des parties et de leur capacité à prendre des décisions
  • Il doit présenter des garanties de compétence professionnelles

METHODE D’INTERVENTION

LOGIQUE D’ANTICIPATION

Différents types de prestations :
  • Conseil auprès de décideurs pour les aider à préparer un changement et les accompagner éventuellement dans sa mise en œuvre
  • Aide à la réalisation d’actions de sensibilisation : ateliers de réflexion, outils et supports de communication, séminaires ludiques, réunions d’échange…
  • Médiation « constructive » : accompagnement des parties à la conduite du changement

LOGIQUE D’ANTICIPATION

Démarche structurée de médiation face à des difficultés, tensions oui conflits
  • Choix du médiateur
  • Le médiateur rencontre chaque partie
  • Etat des lieux partagé. Accord sur processus et règles du jeu
  • Accompagnement du travail entre les parties (réunions séparées/communes)
  • Formalisation de l’accord

Le cas échéant :

  • Réunion de bilan des réalisations
Vous préparez une fusion, vous rencontrez des difficultés avec 2 équipes basées dans deux pays différents, contactez-nous